Indonésie

Une coordination exemplaire entre Croix-Rouge nationales
le 10 août 2005
Un formidable effort de coordination et de coopération est indispensable pour répondre aux besoins et optimiser les actions menées auprès des bénéficiaires. La Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) joue un rôle central pour orchestrer les programmes d’une vingtaine de Croix-Rouge nationales.

Complémentarité technique
Distribution d’eau dans un camps à Sigli - 7.7 ko
Distribution d’eau dans un camps à Sigli
©CRF
 
Devant l’ampleur des destructions à Aceh provoquées par le séisme du 26 décembre, les sociétés nationales ont très vite travaillé ensemble. « En mars, nous couvrions l’ensemble de la zone de Pidie pour la production et la distribution d’eau dans les camps de déplacés - un programme lourd, explique Frédéric Gros, coordinateur Eau et Assainissement CRF à Sigli. Il y avait aussi des besoins dans le domaine de l’assainissement (gestion des déchets, drainage, latrines, promotion de l’hygiène). La Croix-Rouge de HongKong a proposé de s’occuper de ce volet ». Depuis, les deux Croix-Rouge opèrent dans les mêmes camps en parfaite complémentarité. « Nous étudions maintenant une possible collaboration avec la Croix-Rouge Norvégienne pour le forage de puits dans les camps », ajoute Frédéric. Les Norvégiens ont une grande maîtrise dans ce domaine. De plus ils ont le matériel et les ressources humaines ». Car chaque Croix-Rouge a sa ou ses spécialité(s) : les Français sont réputés pour leur savoir-faire dans le domaine du traitement de l’eau et l’hygiène ; les Britanniques dans les programmes de relance économique ; les Danois en soutien psychologique, etc. Depuis la fin de la phase d’urgence, la Croix-Rouge tente de mettre en place des projets transversaux qui couvrent l’ensemble des besoins. Dans cet esprit, la Croix-Rouge Américaine apporte son expérience en Eau et Assainissement à plusieurs programmes de reconstruction de la Croix-Rouge Canadienne ainsi qu’auprès de communautés pour lesquelles la Croix-Rouge Danoise mène en parallèle des programmes de soutien psychologique.

Projets cadres et coordination de programmes
La FICR, l’organisme qui regroupe l’ensemble des Croix-Rouge nationales, coordonne de nombreux projets multilatéraux au travers de consortiums : à Aceh Barat, par exemple, un programme commun avec les Croix-Rouge Française, Espagnole et Japonaise prévoit la réhabilitation et la reconstruction d’une soixantaine de centres de soins. « La coordination permet d’éviter les doublons et de répondre aux besoins, trop importants pour être pris en charge par une seule organisation », affirme Howard Arifin, responsable communication de la Fédération. A Jakarta, un « task force meeting » réunit chaque mois les Croix-Rouge nationales sous l’égide de la Fédération, pour discuter les projets. Des groupes de travail technique se tiennent également toutes les deux semaines pour rendre compte de l’évolution des programmes de chacun et débattre des problèmes rencontrés. A ce jour, 130 programmes multilatéraux, bilatéraux ou en consortium ont vu le jour au sein de la Croix-Rouge pour la seule Indonésie.

"Coconet" : uni et solidaire
C’est peut-être dans le secteur de la construction que l’effort de coordination est le plus visible : "Construction Coordination Network », alias « Coconet » (Réseau de coopération pour la reconstruction), a été mis en place à l’arrivée de Ingemar Saevfors, délégué reconstruction de la Fédération, en mai dernier. Ce réseau très actif vise à fédérer les programmes des quinze Croix-Rouge nationales impliquées dans la reconstruction. Selon Cédric Launay, délégué reconstruction CRF, « Il est important de partager nos expériences afin de ne pas répéter deux fois les mêmes erreurs. Récemment, la Croix-Rouge Allemande a lancé ses premiers appels d’offre. Nous avons suivi leur déroulement et développé ensemble des standards qui nous permettent d’ajuster les procédures. » Les responsabilités des délégués reconstruction sont importantes : assimiler les codes et standards de construction, les normes antisismiques, respecter les processus de sélection des contractants, etc. Architectes, ingénieurs civils des sociétés nationales ou experts en urbanisme, les membres de « Coconet » se réunissent toutes les deux semaines, échangent informations et documents sur leur groupe e-mail. Ils forment ainsi un groupe de travail uni et solidaire.

Gilles Lordet


   
Recherche   
 
Articles précédents
 
   
 
 
Bilan des actions, 4 ans après
 
Pour tout savoir sur les actions et les projets de la Croix-Rouge française, 4 ans après le tsunami, cliquez ici