Indonésie

Inauguration de l’école de Kampung-Keude
le 22 novembre 2005
Le 14 novembre, la Croix-Rouge française a inauguré l’école élémentaire de Kampung Keude (district de Bireuen). C’est avec beaucoup d’émotion que les élèves et les professeurs ont repris les cours dans un bâtiment flambant neuf. Une joie partagée par les membres de l’association qui travaillent depuis juin sur ce projet. La matinée s’est achevée par une cérémonie officielle. La Croix-Rouge a rappelé que cette inauguration s’inscrivait dans un vaste programme de reconstruction régional.

Nouvelle construction Croix-Rouge - 22.7 ko
Nouvelle construction Croix-Rouge
©/CRF
 
Ce matin, dans le village de Kampung Keude, c’est la rentrée des classes. Les élèves reprennent le chemin de l’école après les vacances de Ramadan. Vêtus de leurs jolis uniformes blancs, ils arrivent en petits groupes et se répartissent devant les salles de classe. Cette rentrée n’est pas comme les autres. « Vous voyez les tentes devant la mosquée, c’est là que nous faisions cours depuis le tsunami », explique Silma, professeur d’anglais. « C’est un grand jour, nous faisons notre rentrée des classes dans une école toute neuve ! ». Pour les élèves de Kampung Keude, et pour Silma, c’est la fin de plusieurs mois éprouvants. Silma fait asseoir ses élèves, des enfants de 8 ans, et commence son cours comme si de rien n’était : « Salam Malekum », « Malekum Salam », répondent en chœur 40 petites voix. « Vous vous rappelez où nous en étions restés avant les vacances ? Comment dit-on bonjour en anglais ? ». Un petit garçon prend la parole timidement : « Je suis content de revenir à l’école. La classe est belle et propre. Avant ce n’était pas pareil. Le bâtiment, avant le tsunami, était tout cassé ». Silma reprend : « Oui c’est vrai, nos anciens locaux étaient vétustes. Je n’ai jamais enseigné dans d’aussi beaux locaux ! ».

Une rentrée des classes particulière

Silma, professeur d’anglais - 21.6 ko
Silma, professeur d’anglais
©/CRF
 
A Kampung-Keude, cette rentrée des classes restera gravée dans les mémoires. Dans ce village situé tout près de la mer, professeurs et élèves ont encore en mémoire le tsunami. Certains ont perdu des membres de leur famille, d’autres leur maison (un élève sur deux vit dans un camp). Silma se souvient du premier mois d’enseignement sous tentes, quelques temps après la catastrophe : « Les enfants avaient du mal à se concentrer, ils n’écoutaient pas. Ils sursautaient au moindre bruit, avaient peur dès que le ciel s’obscurcissait. Aujourd’hui ça va beaucoup mieux. La vie reprend le dessus ». Et chacun commence à envisager l’avenir. Depuis le tsunami rien n’est plus vraiment comme avant. L’enseignement de l’anglais, par exemple, est révélateur du changement : « c’est important que les jeunes aient quelques notions d’anglais, affirme Silma. Je n’ai pas un très bon niveau mais ça suffit pour enseigner les bases. Depuis le tsunami, les étrangers travaillant dans l’humanitaire sont nombreux. Et qui sait, bientôt peut-être viendront des touristes ! ».

Inauguration de la nouvelle école - 20 ko
Inauguration de la nouvelle école
©/CRF
 
A la fin de la matinée, les professeurs ouvrent les cloisons qui séparent les classes pour ne faire qu’une seule et même pièce. La cérémonie d’inauguration débute. Sur l’estrade sont présents le directeur de l’école, le Camat de Bireuen (chef du sous-district) et Christophe Perruchot, chef de mission de la Croix-Rouge française en Indonésie. Ils prennent la parole à tour de rôle devant une assemblée de 300 élèves et d’une dizaine de professeurs. Le Camat ne se contente pas de remercier l’association : « J’espère que cette école n’est que le début de vos projets dans la région. A Bireuen, l’un des districts les plus pauvres du pays, les retombées du tsunami sont terribles. Nous avons vraiment besoin de votre aide ». « L’inauguration de l’école de Kampung Keude s’inscrit précisément dans un programme de développement régional », explique Christophe Perruchot. « Nous sommes engagés pour 5 ans en Indonésie et nos projets englobent les reconstructions et réhabilitations de 22 structures de santé, (5 sont déjà en chantier), de 10 écoles et de 306 maisons. Le budget engagé s’élève à 3 640 000 euros ». Xavier Genot, l’architecte CRF chargé de la reconstruction dans la région, également présent, ne cache pas son émotion : « je suis vraiment content. C’est beau de voir les enfants faire leur rentrée des classes ! On a bien bossé ».

Reportage de Valérie Rouvière, Indonésie


   
Recherche   
 
Articles précédents
 
   
 
 
Bilan des actions, 4 ans après
 
Pour tout savoir sur les actions et les projets de la Croix-Rouge française, 4 ans après le tsunami, cliquez ici