Sur le terrain

Le tsunami, 12 mois après
le 5 décembre 2005
Famille maldivienne  - 15.6 ko
Famille maldivienne
©/CRF
 
Plus que jamais, la Croix-Rouge française est engagée dans le processus de reconstruction. Un processus long, qui impose notre présence pour au moins les 5 années à venir. L’association se fait un devoir de redonner un toit à chaque famille, de lui permettre de vivre dans des conditions sanitaires décentes, de retrouver un travail, d’avoir accès aux soins, de permettre encore à chaque enfant de retourner à l’école. Tels sont les défis à relever dans les prochains mois, les prochaines années.

Bilan des actions déployées en Asie du Sud-Est

Reconstruction de maisons en Indonésie - 22.2 ko
Reconstruction de maisons en Indonésie
©/CRF
 
Après une première année d’engagement, la Croix-Rouge pilote ou évalue plus de 120 projets sur le terrain, tous domaines confondus : eau et assainissement ; reconstruction et réhabilitation de maisons, d’écoles, de structures médicales ; relance économique ; santé ; sanitaire ; prévention des catastrophes.

Ces programmes permettent d’ores et déjà de couvrir les besoins de 400 000 personnes.

49 projets en Indonésie / 98 000 bénéficiaires
24 au Sri Lanka / 122 000 bénéficiaires
15 aux Maldives / 112 000 bénéficiaires
21 en Thaïlande / 10 000 bénéficiaires
14 en Inde / 37 000 bénéficiaires
1 dans l’Océan Indien (PIROI) / 600 000 bénéficiaires

Bilan financier

A ce jour, 80 millions d’euros de dépenses sont programmées.
Sur cette somme, 58 millions d’euros sont consacrés de façon ferme à des projets signés et/ou validés pour la période 2005/2006 (dont 17,8 € dépensés en 2005 et près de 40 millions d’euros programmés pour 2006).

A cette date la Croix-Rouge française a identifié des projets et donc des dépenses à hauteur de 30 millions d’euros pour l’année 2007.
Les 22,2 millions d’euros restants seront affectés ultérieurement, selon des besoins clairement identifiés.

Rappelons que l’association a bénéficié d’une générosité sans précédent qui lui a permis de collecter plus de 110 millions d’euros à ce jour.

7,7 millions d’euros ont été dépensés durant les premiers mois de notre action en Asie (urgence et post-urgence).

Projets en cours ou programmés

RECONSTRUCTION ET REHABILITATION (maisons, écoles, infrastructures médicales)
Nouvelle école à Bireuen, Indonésie - 17.7 ko
Nouvelle école à Bireuen, Indonésie
©/CRF
 
La Croix-Rouge française est engagée à ce jour dans la reconstruction de 4 500 maisons (22 000 bénéficiaires) sur l’ensemble de la zone Asie :

600 maisons en Indonésie / 2 400 bénéficiaires 1 800 au Sri Lanka / 9 000 bénéficiaires 400 aux Maldives / 2 400 bénéficiaires 40 en Thaïlande / 195 bénéficiaires 1 500 en Inde / 7 500 bénéficiaires (+ réhabilitation d’une quinzaine de villages)

Ces projets sont en constante évolution compte tenu de la complexité des procédures à suivre : cadastres parfois inexistants, modifications régulières de la Buffer zone (zone de sécurité en bord de mer) par les autorités locales, disparition des titres de propriété, manque de terrains, etc. L’autre difficulté consiste à agir en adéquation avec les besoins réels des populations, selon les coutumes locales et les normes architecturales du pays ou de la région. Les cahiers des charges sont établis en fonction de critères de qualité et de sécurité (normes anti-sismiques notamment). Chaque chantier est ainsi précédé d’une phase d’évaluation, d’un appel d’offre et de l’élaboration du cahier des charges.

• Illustration dans la région de Sigli, en Indonésie, où la Croix-Rouge française cofinance la reconstruction du village de Cot-Jajah en Aceh, avec l’association Atlas Logistique. 80 maisons sont à rebâtir. Un chantier exemplaire à plus d’un titre : les habitants participent aux travaux (programme « cash for work »), de plus l’habitat est conçu selon les normes anti-sismiques et en respect des critères architecturaux locaux.

SANTE/HYGIENE
La CRF participe aussi à la réhabilitation et/ou la reconstruction d’infrastructures médicales(centres de santé et hôpitaux). Ces projets sont généralement doublés de programmes sanitaires et d’hygiène, à destination des personnels soignants mais aussi de la population, à travers des campagnes de sensibilisation et de formation :
-  40 structures de santé en Indonésie (région de Meulaboh) / 12 000 bénéficiaires
-  Extension de l’hôpital régional de Gan (Maldives) et financement de 2 ambulances
-  Réhabilitation de 5 structures de santé au Sri Lanka (District de Galle)
-  Programmes "santé et hygiène" dans les écoles et les camps.

Programme hygiène dans les écoles - 17.9 ko
Programme hygiène dans les écoles
©/CRF
 
• Illustration dans le District de Johan Pahlawan (région de Meulaboh) en Indonésie, où un programme d’éducation à l’hygiène a été lancé à la mi-novembre pour initier 56 professeurs et 1 200 élèves d’écoles primaires et de collèges par des professionnels de la santé, formés au préalable par la croix-Rouge française.

En Thaïlande, la CRF prépare un vaste programme national pour renforcer les capacités de la Croix-Rouge thaïlandaise à gérer les dons du sang. Un logiciel de gestion des dons doit être installé. Ce dispositif est notamment destiné à prévenir des crises majeures comme le tsunami.

EDUCATION
Une quinzaine de projets de reconstruction et/ou de réhabilitation d’écoles sont programmés ou ont débuté :

-  12 écoles et un collège en Indonésie (Sigli et Bireuen) / près de 3 000 bénéficiaires
-  1 école primaire et maternelle à Gan (Maldives) pour 200 élèves, une école professionnelle
-  Maisons d’accueil pour orphelins dans le Tamil Nadu (Inde), ainsi qu’un centre de formation à Madras pour 120 jeunes
-  En Thaïlande, l’association participe au parrainage de 20 enfants avec la Croix-Rouge de Phuket

• Illustration en Inde : le projet EDMI (Enfants Du Monde Inde) est cofinancé par la CRF. L’association, implantée à 15 kilomètres de Pondichéry, a installé à Madras (la capitale du Tamil Nadu) un centre de formations pour les jeunes issus de familles de pêcheurs. L’activité pêche a été totalement ravagée par le tsunami, aussi l’EDMI souhaite à travers cette initiative offrir de nouvelles perspectives d’avenir aux jeunes, comme l’industrie piscicole ou des secteurs aussi variés que l’hôtellerie, l’électricité, la menuiserie, la broderie, la décoration. Pour ce faire, l’EDMI envisage une formation sur 3 ans pour 120 jeunes, comprenant 9 mois d’enseignement théorique et pratique, et 3 mois de stage en entreprise.

RELANCE ECONOMIQUE (pêche, commerce, artisanat)

Les projets de la CRF dans ce domaine couvrent les besoins de plus de 40 000 bénéficiaires. L’objectif de la Croix-Rouge française est d’aider les familles sinistrées à retrouver une activité professionnelle, de leur offrir des perspectives d’avenir en proposant des formations professionnelles, en relançant l’artisanat ou le commerce, et à travers cette aide (à la fois matérielle et psychologique), de les aider à se reconstruire personnellement.

Un pêcheur heureux de retourner en mer... - 14.4 ko
Un pêcheur heureux de retourner en mer...
©/CRF
 
Ainsi, elle finance ou cofinance la relance de l’activité pêche, particulièrement sinistrée par le tsunami. Parmi ses projets-phares, la réhabilitation de 345 hectares de bassins piscicoles pour 360 bénéficiaires en Indonésie.

• Illustration au Sri Lanka : relance de la pêche à la senne (accord de coopération avec Solidarités) : 20 000 bénéficiaires. Ce programme comprend l’équipement en matériel pour les pêcheurs (filets et bateaux), une formation en ateliers pour 300 d’entre eux, afin qu’ils puissent eux-mêmes réparer et assurer la manutention des hors-bord. Des plongeurs ont également été formés afin de nettoyer les fonds marins.

• En Thaïlande, la CRF participe à plusieurs programmes liés à la reprise de la pêche au bénéficie de plus de 450 personnes : achat de bateaux, de filets, nettoyage des fonds marins avec des équipes du RAID, formations de plongeurs professionnels.

• Illustration en Indonésie : La Croix-Rouge française a permis à près de 500 personnes de reprendre leur activité artisanale. Elle a notamment financé des kits de fabrication de chips locales (Krupuck) par 169 femmes dans la région de Sigli, ou encore la fabrication de nattes traditionnelles (tikar) par 250 femmes.

• L’association procède aussi à des évaluations pour la reconstruction de 40 commerces et de 7 marchés communautaires sur l’île de Nias, en Indonésie.

EAU ET ASSAINISSEMENT
A ce jour, la CRF est à même de couvrir les besoins en eau pour plus de 150 000 personnes sur toute la zone Asie.

Le programme eau continue - 19.9 ko
Le programme eau continue
©/CRF
 
- En Indonésie, la Croix-Rouge française produit et distribue de l’eau dans 43 camps des Districts de Bireun et Pidie. Parallèlement, elle met en place des solutions durables dans les villages en reconstruction : forages, captages de sources, notamment sur l’île de Nias (10 000 bénéficiaires)

-  Au Sri Lanka, la Croix-Rouge française produit et distribue de l’eau pour plus de 81 000 bénéficiaires. Elle procède également au nettoyage des puits individuels (1 500 puits dans les districts d’Ampara et de Batticaloa).

PREVENTION ET DISPOSITIF DE REPONSE AUX CATASTROPHES

Dans l’Océan Indien Renforcement de la PIROI (Plate-forme d’Intervention Régionale de l’Océan Indien) : mise en place d’un dispositif de gestion et de prévention des catastrophes, pour parer aux risques de plus en plus récurrents de cataclysmes naturels (ouragans, cyclones, raz-de-marée).

En Indonésie Le 18 juillet 2005, le gouvernement français et le gouvernement indonésien ont signé une lettre d’intentions communes sur la gestion des catastrophes en Indonésie. Ce texte donne le coup d’envoi d’un vaste programme qui va s’étendre sur deux ans. L’objectif est de mettre en place un réseau national et régional de gestion des désastres. Ce projet comportera 5 volets : un appui en matériel pour ces centres, un programme de formation des acteurs de l’urgence, de la coordination et de la gestion des catastrophes, un dispositif d’information et de sensibilisation de la population, enfin, l’entrée en vigueur d’une législation. Ce projet est financé et mené conjointement par la Croix-Rouge et les autorités françaises (ministère des Affaires étrangères et de l’Intérieur). Un comité de suivi a été mis en place à Paris pour superviser ce programme.

Les opérations de post-urgence ne sont pas terminées pour autant. Que ce soit dans les villages sinistrés ou dans les camps (indonésiens), l’association a lancé des programmes d’hygiène et sanitaires afin d’améliorer le quotidien des populations. L’arrivée de la mousson a contraint les volontaires à intervenir rapidement pour surélever les tentes et les protéger des inondations, pour consolider les canalisations, nettoyer ou changer puits et latrines, évacuer les déchets, etc. Parallèlement, les volontaires poursuivent les opérations de traitement, production et distribution d’eau au quotidien, tout en mettant en place des solutions durables.

Pour plus d’informations
Contact presse : Emmanuelle Soublin (01.44.43.12.07)
Coordinatrice infos Asie : Géraldine Drot (01.44.43.11.32)
Reportages sur le site http://asie.croix-rouge.fr



   
Recherche   
 
Articles précédents
 
   
 
 
Bilan des actions, 4 ans après
 
Pour tout savoir sur les actions et les projets de la Croix-Rouge française, 4 ans après le tsunami, cliquez ici