Indonésie

Programme de gestion des déchets sur Nias
le 16 décembre 2005
Nias est une petite île située au large de la côte Ouest de l’Indonésie. Elle a été fortement endommagée par le violent tremblement de terre de mars 2005. La Croix-Rouge française y développe des programmes de captage de sources et de reconstruction depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, elle lance en collaboration avec l’ONG allemande Help un ambitieux programme de gestion des déchets. Objectif : ville propre ! Pour les habitants de Gunung Sitoli, il y a urgence : les poubelles s’accumulent dans toute la ville qui devient chaque jour plus insalubre. Valérie Rouvière

Conteneurs et ordures en pleine ville - 10.9 ko
Conteneurs et ordures en pleine ville
©/CRF
 
A Gunung Sitoli, il est fréquent de voir des tas d’ordures à même le sol ou débordant des conteneurs municipaux. Les poubelles envahissent la chaussée juste devant l’école primaire ou sous un pont où les enfants ont l’habitude de venir jouer. Depuis le tremblement de terre de mars dernier, les déchets se mèlent aux gravats, ce qui donne à la ville une image chaotique et insalubre. Bon nombre de conteneurs ont disparu dans le désastre et les habitants n’ont d’autre choix que de déverser leurs ordures sur la voie publique. S’ajoute à cela un important manque de moyens qui entrave le bon fonctionnement du ramassage des déchets.

La Croix-Rouge française va fournir de nouveaux camions poubelles ainsi que des conteneurs et réorganiser le travail des équipes municipales, de façon à l’optimiser. Mais il faut au préalable évaluer la quantité de déchets rejetés quartier par quartier. Une équipe de Help fait le tour des maisons de Gunung Sitoli. Les habitants sont excédés par la mauvaise collecte des déchets. Un homme montre le tas d’ordures dans la végétation à deux pas de sa maison : « vous voyez c’est là que je dépose mes poubelles, comme une dizaine d’autres familles du quartier. Aujourd’hui, il n’y en a pas trop car le camion de la municipalité est passé il y a deux jours. Mais parfois il ne passe pas de la semaine ! L’odeur est infecte, il nous arrive même de brûler les ordures pour nous en débarrasser ! ». Un peu plus loin, une femme nous montre les déchets entreposés juste derrière sa maison : « on n’a pas le choix : nous donnons directement sur la rue, il n’y a pas d’espace pour déposer les poubelles. Et il n’y a aucun conteneur à proximité ».

ville propre et recyclage des déchets

Lors de ses évaluations, l’équipe de Help en profite pour préparer la seconde phase du programme : sensibiliser la population à la gestion des déchets.

Enfants jouant dans un tas d’immondices - 11.6 ko
Enfants jouant dans un tas d’immondices
©/CRF
 
« Il faut insister sur le fait que déverser ses poubelles dans la rue fait courir des risques sanitaires à tout le monde explique Matthieu, coordinateur du programme eau et assainissement. Les gens n’en ont pas vraiment conscience. Si nous voulons que cette ville devienne propre, il faut que chacun s’investisse, adopte des comportements responsables à son niveau. C’est pourquoi dès janvier, nous allons mettre en place une grande campagne de sensibilisation à la gestion des déchets ». Celle-ci comprend un volet information dans les écoles, la diffusion d’annonces radio, le placardage d’affiches et la création d’une mascotte ‘ville propre’.

Le programme prévoit par ailleurs le tri et le recyclage des déchets dans chaque foyer. Plusieurs ateliers seront créés pour la fabrication de compost (engrais biologique) à partir des déchets organiques et pour le recyclage des matières comme le plastique, le fer ou le carton. C’est cet aspect qui motive le plus Phoetra, un jeune indonésien embauché par Help : « La récupération a été mon hobby pendant 5 ans. On peut vraiment fabriquer toutes sortes d’objets, à la fois usuels et décoratifs. Regardez tous ces cartons et bouteilles en plastique qui partent à la décharge. Les gens pourraient se faire de l’argent avec ça ».

Aménager une nouvelle décharge

Ce programme de recyclage des déchets va aussi permettre de désengorger la décharge municipale. Celle-ci va par ailleurs être transférée. L’actuelle décharge a été créée en 2001 à 1 km de Gunung Sitoli dans la montagne. On y accède par une petite route qui traverse la jungle. A quelques mètres du site se trouvent plusieurs maisons, dont celle de Suhiaro Harefa. Cet homme de 63 ans vit ici depuis toujours avec sa famille. Voilà près de 5 ans que cette décharge lui gâche l’existence : « Avant l’air était pur. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Depuis que cette décharge existe, les mouches envahissent la maison. Ce n’est pas sain, elles apportent des maladies. Et puis il y a cette fumée qui s’élève dans le ciel lorsqu’ils font brûler les ordures. Ca empeste ! ». Pour l’instant, aucun problème de santé grave n’a été détecté. Mais tout le monde est inquiet :
Enfants dans la source située sous la décharge - 7.9 ko
Enfants dans la source située sous la décharge
©/CRF
 
« Quand les enfants rentrent de l’école, ils passent devant la décharge et vont jouer dans les ordures, explique un père de famille. On leur a interdit de le faire mais ils désobéissent. Il suffit qu’ils aient une égratignure pour que ça s’infecte ». Autre problème : une source est installée en aval de la décharge. Comment être sûr que l’eau n’est pas polluée ? Les habitants se plaignent depuis longtemps auprès du Camat, l’autorité locale. En juillet dernier, la Croix-Rouge française a pris le problème en main et un nouveau site a été trouvé, non sans mal : à Nias, les habitations sont regroupées le long de la côte et l’intérieur des terres est une zone montagneuse à la végétation dense, presque inaccessible par la route.

Reste maintenant à aménager la décharge. C’est un projet de grande envergure. Il faut créer une route dans la jungle, mettre en place une solution technique visant à préserver les sous-sols et un système de lagunage permettant de traiter les déchets efficacement. Enfin, les solutions ne doivent être ni trop coûteuses, ni trop techniques pour qu’ensuite les employés municipaux puissent aisément assumer la maintenance du site. L’inauguration de cette nouvelle décharge est prévue pour juin 2006.



   
Recherche   
 
Articles précédents
 
   
 
 
Bilan des actions, 4 ans après
 
Pour tout savoir sur les actions et les projets de la Croix-Rouge française, 4 ans après le tsunami, cliquez ici