Thaïlande

Une nouvelle école et de nouvelles perspectives pour les jeunes
le 29 novembre 2007
Le village de Lem Makham est bâti sur une presqu’île de la province de Trang. Située à cinquante mètres seulement de la mer, l’ancienne école primaire a été totalement détruite par le tsunami. Deux autres bâtiments ont résisté mais ont besoin d’une totale réhabilitation. La Croix-Rouge française a été sollicitée pour assurer les travaux et fournir tout l’équipement nécessaire aux infrastructures. Non seulement la nouvelle école, plus grande et plus moderne, va permettre d’ouvrir une section secondaire (équivalent du collège), mais le bâtiment servira aussi d’abri anti-tsunami pour quatre villages.

La future école en construction - 19.3 ko

La future école en construction
©/CRF

La nouvelle école sera inaugurée en décembre. Les travaux, commencés en mars 2007, touchent à leur fin. La Croix-Rouge française a travaillé avec le ministère de l’Education et la Croix-Rouge thaïlandaise de la province de Trang, pour monter ce projet. Il a été décidé de construire une école plus grande pour accueillir davantage d’élèves : plus de 230 enfants originaires de quatre villages vont pouvoir venir étudier d’ici peu à Lem Makham.

Enfants de Lem Makham - 19.5 ko

Enfants de Lem Makham
©/CRF

Jusqu’alors, les enfants devaient aller jusqu’à Trang, à 50 kilomètres de là, pour poursuivre leurs études en secondaire. Beaucoup de familles, trop modestes pour pouvoir leur payer le transport ou une chambre en ville, étaient contraintes d’y renoncer. Seuls 15 élèves poursuivent leurs études à Trang, à ce jour. Pour tout le village et les communes alentours, ce projet offre donc de nouvelles perspectives d’avenir : « Avant, les enfants arrêtaient souvent leurs études après trois années en secondaire. Ce niveau d’études n’est pas suffisant pour faire quelque chose dans la vie, pour trouver un bon métier. Mais les parents n’avaient pas les moyens de financer des études plus longues. C’est notre espoir à tous, enfants, instituteurs, professeurs, parents, de pouvoir leur donner cette chance ! », estime Rachadaporn Nha-pattalung, professeur de mathématiques à Lem Makham.

Anciennes classes à réhabiliter - 19.4 ko

Anciennes classes à réhabiliter
©/CRF

La nouvelle école disposera de dix classes au total, ainsi que d’un espace réfectoire, des classes de sciences équipées en matériel, d’une bibliothèque et d’une salle de réunion.

Directeur de l’école de Lem Makham - 21.7 ko

Directeur de l’école de Lem Makham
©/CRF

Si toutes les conditions posées par le ministère de l’Education sont remplies, d’ici deux ans, le bâtiment pourra même devenir un lycée (six années de secondaire) et accueillir les élèves jusqu’à leurs 18 ans. Pour obtenir les autorisations, « il faut bénéficier d’une structure suffisamment grande pour accueillir un nombre minimum d’élèves, avoir l’équipement nécessaire pour enseigner les matières imposées comme les sciences, les langues étrangères ou l’informatique, et, bien sûr, les professeurs qualifiés », explique le directeur de l’école, Somnuk On-pet, optimiste.

Réunion de chantier sur la plateforme anti-tsunami - 17.8 ko

Réunion de chantier sur la plateforme anti-tsunami
©/CRF

Sans le financement de la Croix-Rouge française, ce projet n’aurait sans doute pas vu le jour, du moins pas avant de nombreuses années. Le bureau régional du ministère de l’Education n’avait pas les fonds disponibles pour un projet de cette envergure. Autre point fort du projet : le bâtiment a été conçu sur trois niveaux, à plus de 7 mètres de hauteur. Le troisième étage, une vaste plate-forme, fera office d’abri en cas de catastrophe naturelle ou de nouveau tsunami, pour les habitants des quatre villages alentours. Seul abri à des kilomètres à la ronde, la structure peut accueillir jusqu’à 3 000 personnes.

Géraldine Drot


   
Recherche   
 
Articles précédents
 
   
 
 
Bilan des actions, 4 ans après
 
Pour tout savoir sur les actions et les projets de la Croix-Rouge française, 4 ans après le tsunami, cliquez ici