Communiqués

Tsunami, trois ans après
le 12 décembre 2007
Après trois ans d’actions ininterrompues, la Croix-Rouge française dresse l’état des lieux de ses programmes menés en Asie du Sud-Est : sur 155 projets menés, 89 sont terminés et 66 restent en cours.

Suite au tsunami du 26 décembre 2004, l’appel à dons de la Croix-Rouge française a permis de collecter 112 millions d’euros, entièrement dédiés aux victimes des régions dévastées : l’Indonésie, le Sri Lanka, les Maldives, l’Inde, la Thaïlande, le Myanmar, la Tanzanie et l’océan Indien.

Des projets de reconstruction sur cinq ans : afin de répondre aux besoins des populations sinistrées l’association s’est concentrée sur des projets durables comme la reconstruction d’habitations, mais aussi de structures de santé et d’éducation. Les fonds sont dédiés à la mise en oeuvre de solutions pérennes et de qualité, destinées à rendre leur autonomie aux populations victimes du tsunami.

Au cours de ces trois premières années : les fonds ont permis aux volontaires de la Croix-Rouge française de participer à la reconstruction psychologique, matérielle et économique des populations. Non seulement grâce à la mise en place d’un vaste programme alliant le relogement, la relance économique au réapprovisionnement en nourriture et en eau potable, mais aussi à travers l’éducation des communautés à la prévention et la préparation aux catastrophes naturelles.

Deux ans de présence supplémentaires pour achever les 66 programmes en cours. La Croix-Rouge respecte parfaitement le calendrier et les objectifs qu’elle s’était fixé au départ. Dans certains pays, comme en Indonésie, les délégations entament un désengagement progressif. En Thaïlande, au Sri Lanka ou encore aux Maldives, de nombreux programmes arrivent à échéance ou seront finalisés fin 2008.

Un très fort engagement financier : 40 millions d’euros dépensés entre 2004 et 2006 et 30 millions d’euros estimés pour l’année 2007. Au total, fin 2007, 70 millions d’euros auront donc été dépensés. En menant à terme l’ensemble des projets prévus d’ici à fin 2009, la Croix-Rouge française estime que le montant total des dépenses s’élèvera à 107 millions d’euros, sur 117 disponibles (112 millions d’euros collectés plus 5 millions d’euros d’intérêts issus du placement de cette somme).

Les 10 millions d’euros restants seront destinés en priorité à : • faire face aux aléas économiques (risques de change, d’inflation sur produits d’origine pétrolière, etc.) ; • garantir la bonne fin des projets de construction et couvrir les éventuelles défaillances de certains sous-traitants ;

La Croix-Rouge française préconise de développer un programme de réduction des vulnérabilités dans les zones à risques. Une des caractéristiques communes aux régions de la zone Asie est le haut degré d’exposition au risque de catastrophes naturelles, en particulier les tremblements de terre et les éruptions volcaniques. La population de ces zones est souvent très pauvre et peu préparée à prévenir ou répondre à ces désastres. Elle est donc particulièrement vulnérable. C’est pour que les populations soient mieux préparées et protégées en cas de nouvelle catastrophe que la Croix-Rouge française développe des actions de réduction des vulnérabilités.

Au nom des victimes retrouvant une vie normale, la Croix-Rouge française remercie tous ceux, particuliers, collectivités, entreprises, qui ont contribué à financer ces actions.

Télécharger le dossier de presse

Contacts presse : Jean-François Riffaud (06 11 71 03 20) - Martial Cautenet : (01 44 43 12 07)


   
Recherche   
 
Communiqués
 
   
 
 
Bilan des actions, 4 ans après
 
Pour tout savoir sur les actions et les projets de la Croix-Rouge française, 4 ans après le tsunami, cliquez ici